RioPlus20

Rien de plus que mon petit monde sur la toile.


Superman 3

Dans ce troisième film, Superman. alias dans le civil le timoré journaliste Clark Kent, est toujours là. Doué de pouvoirs extraordinaires, il vole à l’accoutumée au secours de l’humanité sans dédaigner ici et là mettre la main sur quelques besognes quotidiennes. Simplement voilà, on a beau être un fan de ce super héros et frémir d’extase devant chacune de ses interventions qui sont autant de prouesses techniques des effets spéciaux, il y avait un risque de lassitude.Superman 3 Les auteurs de ce film (Richard Lester le réalisateur, David et Leslie Newman) l’ont bien pressenti. Ils ont introduit un élément nouveau et jusque-là inconnu chez notre super héros : la méchanceté et le goût de la farce. Chacun sait que le talon d’Achille de Superman, c’est la kryptonite, une pierre issue de sa propre planète et qui a pour effet d’annihiler ses pouvoirs. Dans ce numéro 3, Superman est la cible de Ross Webster (Robert Vaughn) qui veut s’approprier toutes les richesses de la terre. Aidé par un ex-chômeur qui se révèle un informaticien de génie, Ross tend un piège à notre héros, qui se transforme d’un coup en ivrogne doublé d’un petit démon du Diable. La belle tunique rouge frappée du S change de couleur pour prendre celle du pourpre, et le film bascule dans le burlesque. A revoir sans hésiter…

Alien

L’histoire se déroule dans un avenir plus ou moins lointain à bord d’un super-cargo spatial. Nous sommes déjà à six mois de voyage de la terre, les hommes manifestent des préoccupations mesquines sur le partage des primes ou la mauvaise qualité de la bouffe. Ils n’attendent plus que de regagner la terre lorsque, à la suite de circonstances imprévues, ils se voient soudain confrontés à un être d’une espèce totalement inconnue, sur une planète où les attend une autre forme de vie, très différente de celle que nous connaissons. Et là, ils vont de découverte en découverte, les catastrophes s’enchaînent avec une logique irréfutable et lorsque vous croirez avoir attient le comble de l’horreur, le pire vous attend encore ! Car on ne sait jamais quelle forme va prendre ce monstre…Alien Plutôt qu’un film de science-fiction ou d’horreur, Ridley Scott, déjà remarqué avec l’excellent «Duellistes», a voulu faire un film sur la terreur et sur la manière dont les gens réagissent à une forme inédite d’agression. Il alterne, avec une habileté diabolique, les moments de tension et ceux de détente pour mieux nous faire hurler à contretemps, au point que l’on souhaite parfois que l’irréparable se produise enfin pour être soulagé de cette tension. Ici l’homme reste seul face à ses terreurs anciennes, mais aussi face à la conscience, à la morale et aux remords. «Alien» invente l’horreur du siècle qui arrive.


Published by Poupette, on novembre 27th, 2014 at 8:38 . Filled under: Blog. | No Comments |

Leave a Reply